Luc 24, 35-48 – En chair et en os –

24 avril 2014

Les disciples rentrés d’Emmaüs racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. » Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu’il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. » Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit :  » Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins. « 

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Ce qui s’adresse au cœur de l’homme, la Vérité en tant qu’elle se décline et renouvelle la parole en chacun, et dans lequel l’homme est appelé à se reconnaître – ainsi nous pouvons répondre lorsque nous sommes appelés par notre nom – n’est en aucune sorte une abstraction.  Bien au contraire, cela témoigne qu’il n’y a pas de désir sans chair et sans os, sans besoin de nourriture terrestre et de rencontre avec les autres.

Jean-Marie Quéré