Jean 3, 16-21 – Le temps de la méditation –

30 avril 2014

Jésus disait à Nicodème : Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu.

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Il y a chez Jean une telle force fondatrice et poétique, qui ne s’adresse qu’à chacun et dont chacun ne peut répondre que face à lui-même, que je n’ai rien à dire. Sauf à entrer dans une explication de texte où je perdrais le fil de la méditation.

Jean-Marie Quéré