Jean 14, 21-26 – les strates les plus inconscientes –

19 mai 2014

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples :  » Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. » Jude – non pas Judas l’Iscariote – lui demanda : « Seigneur, que se passe-t-il ? Est-ce à nous que tu vas te manifester, et non pas au monde ? » Jésus lui répondit : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.  »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

« Que se passe-t-il ? Est-ce à nous que tu vas te manifester, et non pas au monde ? » En effet, que se passe-t-il ? Nous n’avons pas à suivre des commandements mais à les recevoir. Dans un actuel présent. Et à les garder plutôt que de les donner comme directives au monde. Ce n’est pas le monde qui doit recevoir notre attention mais la parole des commandements que nous aurons à garder. Dans un éternel futur. La garder pour ne pas la disperser mais aussi pour en être le gardien, le garant. Cette parole vient du Père : c’est à dire des strates les plus inconscientes de notre vie d’âme.

Jean-Marie Quéré