Jean 15, 18-21 – Les enjeux de l’éducation –

24 mai 2014

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé. »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Nous recherchons le plus souvent à nous adapter au monde bien pensant. Adaptation dont nous faisons d’ailleurs, au prix d’effets névrotiques parfois dévastateurs, l’enjeu de l’éducation. Rien de cela ici. Celui qui se pose en Vérité qui parle nous dit qu’il y a  en nous une part, non seulement qui n’appartient pas au monde, mais qui en plus provoquera la haine du monde à notre égard. A considérer cela, notre rapport au discernement de ce qu’il y a de désir en nous autant que les enjeux de toute éducation deviennent tout autre.

Jean-Marie Quéré