Archives quotidiennes :

Matthieu 7, 15-20 – Lire les prophètes –

Mercredi 25 juin 2014

Comme les disciples étaient rassemblés autour de Jésus sur la montagne, il leur disait : « Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, alors qu’au-dedans ce sont des loups voraces. C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Va-t-on cueillir du raisin sur des épines, ou des figues sur des chardons ? C’est ainsi que tout arbre bon donne de beaux fruits, et que l’arbre qui pourrit donne des fruits mauvais. Un arbre bon ne peut pas donner des fruits mauvais, ni un arbre qui pourrit donner de beaux fruits. Tout arbre qui ne donne pas de beaux fruits est coupé et jeté au feu. Donc, c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié

Il y a là une évidence : un arbre bon ne peut donner de fruits mauvais et un arbre qui pourrit ne peut donner de bons fruits. Cette évidence n’en est pourtant pas une en ce qui nous concerne, nous les humains. Il y a en nous un loup à l’appétit vorace qui ne manque pas de se déguiser en douceur. L’inverse est vrai : nous sommes capable d’une agressivité qui peut être l’expression d’une vraie tendresse. En ça, le prophète est celui qui parle sans s’identifier à ce qu’il dit et sans attirer le regard sur lui. Il y a une vraie richesse à lire ou relire les grands prophètes Élie, Daniel, Ézéchiel, Isaïe et Jérémie. À les lire, nous ne pouvons pas ne pas nous reconnaître là où nous sommes aveuglés de nous-mêmes. Et cela ne manque jamais de porter ses fruits.

Jean-Marie Quéré