Archives quotidiennes :

Matthieu 11, 25-30 – Le joug léger –

Vendredi 27 juin 2014

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché à des sages et des savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Pour un psychanalyste, il est surprenant de lire qu’un joug puisse être facile à porter et un fardeau léger. Tant il est vrai que la névrose et la manière dont nous avons parfois d’en tirer un certain plaisir par la plainte, ne veut pas de la légèreté. La névrose est attachée à répéter ce qui nous rend prisonnier de notre histoire et de nos fantasmes en rendant lourd les choses de la vie là où elles pourraient être légères.  Elle préfère la torture de l’âme à son soulagement. Nous avons donc à « supporter » et à « prendre sur nous », la légèreté et la liberté.

Jean-Marie Quéré