Luc 9, 57-62. Permet-moi, laisse- moi.

Mercredi 1 octobre 2014

 

En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. » Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. » Il dit à un autre : « Suis-moi. » L’homme répondit : « Permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. » Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu. » Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. » Jésus lui répondit : « Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »

 

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

 

La réponse des deux hommes que Jésus appelle à le suivre est ambiguë. L’un dit « permet-moi » et l’autre « laisse-moi ». N’en est-il pas de même dans notre rapport au désir inconscient dont l’ambivalence ne dit rien mais empêche que celui-ci réalise notre vie.

Jean-Marie Quéré