Luc 16, 9-15. L’argent ne symbolise rien

Samedi 8 novembre 2014

Jésus disait à ses disciples :  » Faites-vous, des amis avec l’Argent trompeur, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. Celui qui est digne de confiance dans une toute petite affaire est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est trompeur dans une petite affaire est trompeur aussi dans une grande. Si vous n’avez pas été dignes de confiance avec l’Argent trompeur, qui vous confiera le bien véritable ? Et si vous n’avez pas été dignes de confiance pour des biens étrangers, le vôtre, qui vous le donnera ? Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera le premier, et aimera le second ; ou bien il s’attachera au premier, et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. » Les pharisiens, eux qui aimaient l’argent, entendaient tout cela, et ils ricanaient à son sujet. Il leur dit alors : « Vous êtes, vous, ceux qui se présentent comme des justes aux yeux des hommes, mais Dieu connaît vos cœurs, car ce qui est prestigieux chez les hommes est une chose abominable aux yeux de Dieu. »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Dire que l’argent est trompeur est un pléonasme. Nous lui donnons une place qui ne veut rien dire car il ne symbolise en rien l’altérité qui fonde toute relation mais il en prend la place. Seule la parole échangée peut être symbole de l’altérité. L’argent est juste un moyen pour vivre et donne les moyens de se rencontrer.

Jean-Marie Quéré