Luc 21,1-4. Un besoin irrépressible

Lundi 24 novembre 2014

Comme Jésus enseignait dans le Temple, levant les yeux, il vit les gens riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc du trésor. Il vit aussi une veuve misérable y déposer deux piécettes. Alors il déclara : « En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tout le monde. Car tous ceux-là ont pris sur leur superflu pour faire leur offrande, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a donné tout ce qu’elle avait pour vivre. »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

C’est notre indigence qu’il nous est proposé d’offrir,  c’est à dire ce qui en nous ne cesse de manquer. À travers cette indigence, nous découvrons que notre besoin de l’autre est indexé d’une attente, d’un besoin encore plus irrépressible de nous adresser à une altérité radicale qui se trouve au plus inconnu de nous-mêmes.

Jean-Marie Quéré