Archives quotidiennes :

Matthieu 7, 21.24-27. Le rocher face à la vague

Jeudi 4 décembre 2014

En ce temps là, Jésus disait à ses disciples : « Ce n’est pas en me disant ‘Seigneur, Seigneur !’, qu’on entrera dans le Royaume des cieux ; mais en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. Ainsi, celui qui entend les paroles que je vous dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Plus nous méditons ces textes, plus ils m’apparaissent magnifiques. Notre corps, dans la mort,  est bien appelé à disparaître, emporté par les vents et l’eau. Quelle iniquité de croire que notre corps pourrait être sauvé. C’est au contraire par ce qui nous altère que nous découvrons ce qu’il y a de véritablement solide en nous.

Jean-Marie Quéré