Archives quotidiennes :

Matthieu 21, 28-32. L’obéissance qui passe par le « non »

Mardi 16 décembre 2014

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux anciens : « Que pensez-vous de ceci ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : ‘Mon enfant, va travailler aujourd’hui à ma vigne’. Celui-ci répondit : ‘Je ne veux pas. ‘ Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Abordant le second, le père lui dit la même chose. Celui-ci répondit : ‘Oui, Seigneur ! ‘ et il n’y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier ». Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean Baptiste est venu à vous, vivant selon la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; tandis que les publicains et les prostituées y ont cru. Mais vous, même après avoir vu cela, vous ne vous êtes pas repentis pour croire à sa parole. »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

L’obéissance ne passe que rarement par une acceptation inconditionnelle. Au contraire. c’est la liberté que nous avons d’entendre ce qui en nous dit non, de le dire et de considérer ce non comme une ouverture à un désir plus profond qui fait l’obéissance. Ainsi dire « non » peut être ouverture plus grande que de dire « oui ».

Jean-Marie Quéré