Jean 1, 1-18. La Loi qui se cache au coeur de l’Homme

Jeudi 25 décembre 2014

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Que le Verbe soit altérité en l’homme, nul doute. Que l’Homme n’existerait pas sans lui, nul doute. Qu’il soit avant et après nous dans un même mouvement, nul doute. Qu’il éclaire nos nuits les plus tourmentées, nul doute. Là où les choses se compliquent, c’est qu’il n’est pas magique ; le Verbe ne pourrait servir l’Homme sans lui et la Loi, qui tient l’origine du Verbe au cœur de l’Homme, ne se découvre que dans la relation à un autre qui doit pouvoir en  témoigner. Le plus grand témoin se cachant sous les traits d’un nouveau-né.

Jean-Marie Quéré