Marc 1, 14-20. Le Verbe qui s’avance un peu – Marcos 1,14-20. El verbo que se avanza un poco.

Lundi 12 janvier 2015

Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Passant le long de la mer de Galilée, Jésus vit Simon et André, le frère de Simon, en train de jeter les filets dans la mer, car c’étaient des pêcheurs. Il leur dit : « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Jésus avança un peu et il vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque et réparaient les filets. Aussitôt, Jésus les appela. Alors, laissant dans la barque leur père Zébédée avec ses ouvriers, ils partirent à sa suite.

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

 Ce Verbe là, qui s’avance un peu, juste un peu, en chacun de nous, c’est bien celui auquel le psychanalyste tend l’oreille là où notre névrose nous empêche de le suivre.

Jean-Marie Quéré

Lunes 12 de enero 2015

Cuando arrestaron a Juan, Jesús se marchó a Galilea a proclamar el Evangelio de Dios. Decía: « Se ha cumplido el plazo, está cerca el reino de Dios: convertíos y creed en el Evangelio. » Pasando junto al lago de Galilea, vio a Simón y a su hermano Andrés, que eran pescadores y estaban echando las redes en el lago. Jesús les dijo: « Venid conmigo y os haré pescadores de hombres. » Inmediatamente dejaron las redes y lo siguieron. Avanzando un poco vio a Santiago, hijo de Zebedeo, y a su hermano Juan, que estaban en la barca repasando las redes. Los llamó, dejaron a su padre Zebedeo en la barca con los jornaleros y se marcharon con él.

Este Verbo que se avanza un poco, sólo un poco, en cada uno de nosotros, es aquel al que el psicoanalista presta escucha, ahí donde nuestra neurosis nos impide seguirlo.

Jean-Marie Quéré