Marc 4, 26-34. La Parole à l’intime – Marcos 4, 26-34 La Palabra en lo íntimo

Vendredi 30 janvier 2015

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. » Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. » Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre. Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Nous ne pourrions directement assimiler le règne de Dieu à l’inconscient même si la similitude pourrait paraître flagrante puisque l’inconscient aussi germe et grandit en l’homme nuit et jour, pendant qu’il dort ou se lève. En revanche les deux, règne de Dieu et inconscient, ne sont perceptibles qu’à travers la Parole. Dans la tradition chrétienne comme dans la pensée psychanalytique, la Parole est à entendre comme adresse d’une Altérité qui ne se découvre que de la reconnaître à l’intime de nous.

Viernes 30 de enero 2015

En aquel tiempo, dijo Jesús a la gente: -«El reino de Dios se parece a un hombre que echa simiente en la tierra. Él duerme de noche y se levanta de mañana; la semilla germina y va creciendo, sin que él sepa cómo. La tierra va produciendo la cosecha ella sola: primero los tallos, luego la espiga, después el grano. Cuando el grano está a punto, se mete la hoz, porque ha llegado la siega.» Dijo también: -« ¿Con qué podemos comparar el reino de Dios? ¿Qué parábola usaremos? Con un grano de mostaza: al sembrarlo en la tierra es la semilla más pequeña, pero después brota, se hace más alta que las demás hortalizas y echa ramas tan grandes que los pájaros pueden cobijarse y anidar en ellas.» Con muchas parábolas parecidas les exponía la palabra, acomodándose a su entender. Todo se lo exponía con parábolas, pero a sus discípulos se lo explicaba todo en privado.

No se puede asimilar directamente el reino de Dios al inconsciente, aunque la similitud podría parecer fragrante ya que el inconsciente también germina y crece en el hombre noche y día, mientras duerme o se levanta. Sin embargo los dos, reino de Dios e inconsciente, sólo son perceptibles a través de la Palabra. Palabra dirigida, en la tradición cristiana como en el pensamiento psicoanalítico, desde  una Alteridad que sólo se descubre reconociéndola en lo íntimo de nosotros mismos.

Jean-Marie Quéré