Archives quotidiennes :

Jean 15,1-8. Rencontrer l’altérité – Juan 15,1-8. Encontrarse con la alteridad.

Mercredi 6 mai 2015

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples.

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

C’est de nous inscrire dans un lien de parole avec l’autre, et de laisser la parole demeurer en nous, que nous pouvons découvrir ce que la parole a de purificateur. Plutôt que de nous en servir pour ressasser. Ainsi nous pouvons voir les choses autrement qu’elles se montrent.

Miércoles 6 de mayo 2015

En aquel tiempo, dijo Jesús a sus discípulos: « Yo soy la verdadera vid, y mi Padre es el labrador. A todo sarmiento mío que no da fruto lo arranca, y a todo el que da fruto lo poda, para que dé más fruto. Vosotros ya estáis limpios por las palabras que os he hablado; permaneced en mí, y yo en vosotros. Como el sarmiento no puede dar fruto por sí, si no permanece en la vid, así tampoco vosotros, si no permanecéis en mí. Yo soy la vid, vosotros los sarmientos; el que permanece en mí y yo en él, ése da fruto abundante; porque sin mí no podéis hacer nada. Al que no permanece en mí lo tiran fuera, como el sarmiento, y se seca; luego los recogen y los echan al fuego, y arden. Si permanecéis en mí, y mis palabras permanecen en vosotros, pedid lo que deseáis, y se realizará. Con esto recibe gloria mi Padre, con que deis fruto abundante; así seréis discípulos míos. »

Al inscribirnos en un vínculo de palabra con el otro y al dejar que la palabra permanezca en nosotros, podemos descubrir lo que la palabra tiene de purificadora. En lugar de servirnos de ella para charlatanear. Así podemos ver las cosas de manera diferente a como se muestran

Jean-Marie Quéré