Marc 12, 38-44. Une indigence incontournable – Marcos 12, 38-44. La indigencia ineludible.

Samedi 6 juin 2015

En ce temps-là, dans son enseignement, Jésus disait : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat et qui aiment les

salutations sur les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues, et les places d’honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières : ils seront d’autant plus sévèrement jugés. » Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie. Jésus appela ses disciples et leur déclara : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

C’est notre indigence que nous avons à offrir. C’est à dire le manque insondable qu’aucune richesse ne pourra jamais combler. Nous pouvons découvrir alors que le besoin parfois si pressant que nous avons de l’autre ou de posséder des objets toujours nouveaux, est habité de l’attente irréductible de rencontrer une transcendance qui se trouve au plus inconnu de nous-mêmes.

Sábado 6 de junio 2015.

En aquel tiempo, entre lo que enseñaba Jesús a la gente, dijo:_ «¡Cuidado con los escribas! Les encanta pasearse con amplio ropaje y que les hagan reverencias en la plaza, buscan los asientos de honor en las sinagogas y los primeros puestos en los banquetes; y devoran los bienes de las viudas, con pretexto de largos rezos. Éstos recibirán una sentencia más rigurosa.» Estando Jesús sentado enfrente del arca de las ofrendas, observaba a la gente que iba echando dinero: muchos ricos echaban en cantidad; se acercó una viuda pobre y echó dos reales. Llamando a sus discípulos, les dijo: «Os aseguro que esa pobre viuda ha echado en el arca de las ofrendas más que nadie. Porque los demás han echado de lo que les sobra, pero ésta, que pasa necesidad, ha echado todo lo que tenía para vivir.

Lo que tenemos que ofrecer es nuestra indigencia. Es decir, la falta insondable que ninguna riqueza podrá nunca colmar. Entonces podemos descubrir que la necesidad, a veces tan acuciante que tenemos de poseer objetos siempre nuevos, está habitada por una espera irreductible: encontrarnos con una transcendencia que se halla en lo más desconocido de nosotros mismos.

Jean-Marie Quéré