Matthieu 5, 43-48. Un murmure plus tenace que la haine – Mateo 5, 43-48.Un susurro más tenaz que el odio.

Mardi 16 juin 2015

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait.

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

La perfection n’est pas de ce monde et pourtant nous y sommes conviés. Non pas dans une possession de vertus gagnées de haute lutte contre soi-même. Mais en écoutant une voix intérieure qui ne manque pas de se faire entendre comme un murmure que l’on découvre dans notre propre silence, plus tenace et surprenant que la haine bruyante qui nous habite parfois.

Martes 16 de junio 2015

 
“También habéis oído que antes se dijo: ‘Ama a tu prójimo y odia a tu enemigo.’ Pero yo os digo: Amad a vuestros enemigos y orad por los que os persiguen. Así seréis hijos de vuestro Padre que está en el cielo, pues él hace que su sol salga sobre malos y buenos, y envía la lluvia sobre justos e injustos. Porque si amáis solamente a quienes os aman, ¿qué recompensa tendréis? ¡Hasta los que cobran impuestos para Roma se portan así!  Y si saludáis solamente a vuestros hermanos, ¿qué hacéis de extraordinario? ¡Hasta los paganos se portan así! Vosotros, pues, sed perfectos, como vuestro Padre que está en el cielo es perfecto.

La perfección no es de este mundo y sin embargo se nos invita a ella. No se trata de poseer virtudes ganadas en una gran batalla contra sí mismo. Se trata de escuchar una voz interior que siempre se deja oír como un susurro que descubrimos en nuestro propio silencio, más tenaz y sorprendente que el odio ruidoso que nos habita a veces.

Jean-Marie Quéré