Matthieu 6, 19-23. Voir l’invisible – Mateo 6, 19-23. Ver lo invisible.

Vendredi 19 juin 2015

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et les vers les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où il n’y a pas de mites ni de vers qui dévorent, pas de voleurs qui percent les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. La lampe du corps, c’est l’œil. Donc, si ton œil est limpide, ton corps tout entier sera dans la lumière ; mais si ton œil est mauvais, ton corps tout entier sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, comme elles seront grandes, les ténèbres ! »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Vouloir voir du visible, du pragmatisme, des preuves, des effets, nourrit en nous un doute et une suspicion permanents et n’apaisent pas notre cœur. C’est sur l’invisible, qu’en se parlant nous tentons sans cesse d’approcher,  que nous avons à porter notre regard.

Viernes 19 de junio 2015.

En aquel tiempo, dijo Jesús a sus discípulos: « No atesoréis tesoros en la tierra, donde la polilla y la carcoma los roen, donde los ladrones abren boquetes y los roban. Atesorad tesoros en el cielo, donde no hay polilla ni carcoma que se los coman, ni ladrones que abran boquetes y roben. Porque donde está tu tesoro, allí está tu corazón. La lámpara del cuerpo es el ojo. Si tu ojo está sano, tu cuerpo entero tendrá luz; si tu ojo está enfermo, tu cuerpo entero estará a oscuras. Y si la única luz que tienes está oscura, ¡cuánta será la oscuridad! »

Querer ver lo visible, el pragmatismo, las pruebas, los efectos, alimenta en nosotros una duda y una sospecha permanentes y esto no apacigua nuestro corazón. Sobre lo que tenemos que detener nuestra mirada es sobre lo invisible. Lo invisible es aquello de lo que intentamos sin cesar aproximarnos al hablarnos.

Jean-Marie Quéré