Archives quotidiennes :

Matthieu 8, 23-27 – Appelez lorsque nous avons peur – Mateo 8,23-27. Llamar cuando tenemos miedo –

Mardi 30 juin 2015

En ce temps-là, comme Jésus montait dans la barque, ses disciples le suivirent. Et voici que la mer devint tellement agitée que la barque était recouverte par les vagues. Mais lui dormait. Les disciples s’approchèrent et le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. » Mais il leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs, hommes de peu de foi ? » Alors, Jésus, debout, menaça les vents et la mer, et il se fit un grand calme. Les gens furent saisis d’étonnement et disaient : « Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? »

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Nous n’avons pas à tenter de vaincre notre peur mais à reconnaître qu’elle nous fait appeler l’autre à l’aide. Tel l’enfant après un cauchemar qui appelle ses parents endormis sans se poser la question de savoir s’ils vont l’entendre. Appeler lorsque nous avons peur : n’est-ce pas là l’indispensable peu de foi qu’il nous faut ?

Martes 30 de junio 2015

En aquel tiempo, subió Jesús a la barca, y sus discípulos lo siguieron. De pronto, se levantó un temporal tan fuerte que la barca desaparecía entre las olas; él dormía. Se acercaron los discípulos y lo despertaron, gritándole: « ¡Señor, sálvanos, que nos hundimos! » Él les dijo: « ¿Por qué tenéis miedo, hombres de poca fe? » Se puso en pie, increpó a los vientos y al lago, y vino una gran calma. Ellos se preguntaban admirados: »¿Quién es éste? ¡Hasta el viento y el agua le obedecen! »

No tenemos que intentar vencer nuestro miedo sino reconocer que el miedo nos hace llamar al otro y pedir ayuda. Como el niño que después de una pesadilla llama a sus padres que duermen, sin preguntarse si le van a oír o no. Llamar cuando tenemos miedo: ¿no es ésta la poca fe que necesitamos?

Jean-Marie Quéré