Matthieu 9,1-8. Monter dans une barque et traverser – Mateo 9,1-8. Subir a una barca y atravesar.

Jeudi 2 juillet 2015

En ce temps-là, Jésus monta en barque, refit la traversée, et alla dans sa ville de Capharnaüm. Et voici qu’on lui présenta un paralysé, couché sur une civière. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Confiance, mon enfant, tes péchés sont pardonnés. » Et voici que certains parmi les scribes se disaient : « Celui-là blasphème. » Mais Jésus, connaissant leurs pensées, demanda : « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ? En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien dire : “Lève-toi et marche” ? Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés… – Jésus s’adressa alors au paralysé – lève-toi, prends ta civière, et rentre dans ta maison. » Il se leva et rentra dans sa maison. Voyant cela, les foules furent saisies de crainte, et rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes.

Lire le billet du jour sur le site de l’Abbaye de Tamié.

Sans relâche monter dans une barque, traverser, retraverser, et revenir en soi, sur le lieu du conflit. Sans cela il n’y a pas de guérison possible.

Jueves 2 de julio 2015

En aquel tiempo, subió Jesús a una barca, cruzó a la otra orilla y fue a su ciudad. Le presentaron un paralítico, acostado en una camilla. Viendo la fe que tenían, dijo al paralítico: « ¡Ánimo, hijo!, tus pecados están perdonados. » Algunos de los escribas se dijeron: « Éste blasfema. » Jesús, sabiendo lo que pensaban, les dijo: « ¿Por qué pensáis mal? ¿Qué es más fácil decir: « Tus pecados están perdonados », o decir: « Levántate y anda »? Pues, para que veáis que el Hijo del hombre tiene potestad en la tierra para perdonar pecados -dijo dirigiéndose al paralítico-: « Ponte en pie, coge tu camilla y vete a tu casa. » » Se puso en pie, y se fue a su casa. Al ver esto, la gente quedó sobrecogida y alababa a Dios, que da a los hombres tal potestad.

Sin descanso,  subir a una barca, atravesar, volver a atravesar y volver a sí, al lugar del conflicto. Sin esto no hay curación posible.

Jean-Marie Quéré